Recherche

Accueil du site || Maladie et impacts || Symptomes et impacts || Une étude en vue d’évaluer l’impact zootechnique, sanitaire et économique de la FCO
Une étude coordonnée par l’Institut de l’Elevage en partenariat avec l’A.P.C.A., la F.N.G.D.S., le réseau des E.D.E. et celui des G.D.S., FUS, l’UNCEIA est en cours afin d’évaluer l’impact tant zootechnique, sanitaire qu’économique de la FCO.

Cadre général de l’étude

L’épisode actuel de F.C.O. sérotype 8 s’est traduit en 2007 par un impact zootechnique, sanitaire et économique très marqué dans l’espèce ovine, mais aussi dans l’espèce bovine habituellement peu touchée par cette maladie.

Par ailleurs, au sein même des élevages infectés, la gravité des symptômes a été très variable.

Objectifs des travaux engagés

L’objectif de cette étude est d’évaluer au plan national l’impact zootechnique, sanitaire et économique de la FCO dans les élevages bovins (lait et viande) et ovins allaitants. dans un premier temps, compte tenu de la faible incidence de la maladie sur les élevages caprins ceux-ci ne seront pas pris en compte dans cette étude.

Les impacts pris en compte concerneront les domaines suivants :
- Les pertes de production (baisse de production laitière, ralentissement du croît),
- la mortalité animale voire les variations des taux de réforme,
- la reproduction (avortements, baisse de fertilité),
- les frais vétérinaires dus à l’accroissement des soins aux animaux,
- les changements de conduite des troupeaux (report d’engraissement, gestion de la reproduction …)

L’impact économique sera ensuite évalué en prenant en considération l’ensemble de ces données techniques.

Méthodologie de travail

Afin de réaliser cette évaluation la méthode de travail proposée consistera à :

-  Rassembler, mutualiser et confronter les évaluations faites localement et si nécessaire harmoniser les différents approches. Au niveau national, un inventaire et une synthèse des informations existantes seront réalisés. Des contacts seront aussi pris en Belgique et au Pays-Bas. A l’issue de cette phase, un premier descriptif global de l’impact de l’épizootie sera réalisé.

-  Apporter des compléments par l’analyse de bases de données techniques ou sanitaires existant au niveau national ou local (données des contrôles de performances, BDNI, bases IPG, données d’opérateurs techniques ou économiques, données de l’administration (SIGAL, …)). L’analyse de ces bases de données fournira essentiellement des informations sur l’impact dans les élevages bovins sur la mortalité, les baisses de production laitière, les gains de poids, et la reproduction (fertilités, etc ..). Une première étape consistera à étudier la faisabilité de ces traitements au regard des possibilités d’accès à l’information et du volume de travail (et donc du coût) nécessaire. Une deuxième étape consistera, à réaliser le cas échéant le traitement même des données.

-  Réaliser des enquêtes complémentaires auprès d’intervenants techniques et sanitaires notamment vétérinaires et dans un certain nombre d’élevages. Dans les élevages , les enquêtes auront lieu dans 20 à 30 élevages bovins lait, 20 à 30 élevages bovins viande, 60 à 80 élevages ovins et 20 à 30 élevages mixtes (ovins – bovins). Un nombre plus important d’enquêtes sera réalisé en ovins pour compenser partiellement le manque de bases de données centralisées.

-  Evaluer économiquement l’impact de la FCO. Dans un premier temps une méthode d’évaluation de l’impact économique sera élaborée. Puis, cette méthode sera appliquée à des modèles types d’exploitation en prenant en considération les éléments collectés précédemment.

Calendrier :

L’ensemble des travaux seront réalisés au cours du premier semestre 2008. Une première synthèse sera réalisée à partir des données et informations recueillies en 2007 dans les différents départements ou régions concernés. Elle devrait être disponible d’ici fin avril 2008.