Recherche

Accueil du site || Prévention || Mesures générales de gestion || Gestion de l’épizootie de fièvre catarrhale ovine : tirer des enseignements pour l’avenir
Un rapport d’information a été réalisé au nom de la commission des Finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation sur la gestion de l’épizootie de fièvre catarrhale ovine (FCO).

Un rapport en trois volets

Le rapport d’information présente :

-  Dans une première partie : la fièvre catarrhale ovine (FCO) et la crise sanitaire qu’elle a induite, crise sanitaire de grande ampleur, parmi les plus importantes des 50 dernières années.

-  Dans une seconde partie : la gestion de l’épizootie. Deux aspects sont considérés : la stratégie vaccinale d’une part d’application difficile sur le terrain, la gestion budgétaire d’autre part dans un contexte de sous-budgétisation récurrente de la lutte contre les maladies animales.

-  Dans une troisième partie : les enseignements à tirer pour l’avenir

Des enseignements à tirer pour l’avenir

Des propositions sont faites en termes :

-  d’amélioration de l’anticipation et de la gestion des crises sanitaires :

Il paraît indispensable de :

  • renforcer les systèmes d’alerte et de surveillance entomologique du territoire ;
  • développer les échanges entre les industriels de la santé animale, les représentants des professionnels de l’élevage et les pouvoirs publics afin de limiter, à l’avenir, les problèmes de disponibilités vaccinales ;
  • mettre en place un système informatique intégré et efficace permettant de relier l’ensemble des acteurs concernés. Dans le cadre de l’actuelle épizootie, une évaluation des premières campagnes de vaccination semble essentielle

-  de financement : Selon le rapport d’information, il est nécessaire, d’un point de vue budgétaire, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2009, de budgétiser les sommes nécessaires à la mise en oeuvre du dispositif de lutte contre la FCO. Des interrogations persistent et concernent les aides européennes susceptibles d’être attendues pour 2009 ainsi que la réforme des modes de financement des risques sanitaires qui devrait reposer sur un co-financement Etat/professionnels.

-  de coopération européenne et de prise en compte des risques émergents

L’importance d’une coopération européenne est mise en avant :

  • affirmation de la place de l’agence européenne en tant qu’agence « tête de réseau » des agences nationales de sécurité sanitaire ;
  • amélioration de la fluidité des échanges d’informations ;
  • amélioration de la prise en compte de la problématique des risques émergents en mettant notamment l’accent sur ce sujet au sein des programmes de recherche européens ; en veillant à la meilleure coopération entre les services de douanes et les services chargés de l’inspection sanitaire dans les contrôles sanitaires à l’importation ; en assurant, enfin, une assistance aux pays tiers.

Le rapport d’information et sa synthèse sont téléchargeables sur ce site.