Recherche

Accueil du site || Europe et pourtour méditerranéen || Virus de sérotype 11 en Belgique : la découverte fortuite d’une souche non pathogène ?

Une découverte fortuite à l’occasion de contrôles de routine

Le 3 février 2009, l’AFSCA (Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire) notifiait officiellement à l’Union Européenne la détection d’un nouveau sérotype de fièvre catarrhale (FCO) sur un bovin d’une exploitation de Flandre orientale : le sérotype 11 (BTV11).

En cause, un animal prélevé en novembre 2008 dans le cadre d’une enquête de routine suite à un vêlage avant-terme. Il s’agirait vraisemblablement d’une infection survenue en 2008 mais bien avant le premier prélèvement effectué.

Un cas isolé ?

Depuis cette découverte, l’AFSCA a dépisté dans le cadre de ses programmes de surveillance la présence du même sérotype de FCO dans 7 autres exploitations d’élevage bovin localisées dans les provinces du Brabant flamand, d’Anvers et du Limbourg.

En concertation avec la Commission européenne, avec le laboratoire belge de référence du CERVA et avec le laboratoire européen de référence de Pirbright (Royaume-Uni), l’Agence alimentaire poursuit ses dépistages afin d’établir l’ampleur précise du problème.

Une possible origine vaccinale

L’hypothèse est faite que le virus en cause dans les cas isolés observés soit un virus vaccinal inoffensif. Cette supposition est étayée par :
- l’analyse génétique partielle, qui présente une grande similitude avec une souche de vaccin vivant utilisée en Afrique du Sud,
- les propriétés du virus BTV11 détecté, qui ne provoque pas de symptômes cliniques, qui n’a été jusqu’à présent détecté que dans un nombre restreint d’exploitations et qui n’a contaminé dans chacune de ces exploitations qu’ un seul ou quelques animaux.

Le virus incriminé n’a pas pu être isolé à ce jour.

Ces indices doivent, bien évidemment, encore être confirmés.

Une situation ne justifiant pas de mesures de contrôle

Par précaution, l’AFSCA avait souhaité apporter des garanties aux pays voisins et aux autres Etats membres ce qui s’est d’abord traduit par la mise en place de mesures de contrôle :

- Définition d’une zone de contrôle temporaire autour des exploitations touchées : zone englobant la province d’Anvers et du Limbourg à l’exception des Fourons, ainsi que les parties des provinces du Brabant flamand et de Flandre orientale situées au nord de la E40 et du ring de Bruxelles et à l’est de la R4 autour et au nord de Gand (voir la carte ci après)

- Contrôle de tous les animaux d’élevage et d’engraissement destinés aux échanges commerciaux et détenus dans cette zone de contrôle temporaire ou des animaux ayant quitté cette zone depuis le 1er novembre 2008 via un test de détection du BTV-11 dans les 7 jours précédant leur départ. Admission aux échanges commerciaux sous réserve que le résultat de cette analyse soit favorable.

Zone de contrôle temporaire vis-à-vis du virus de sérotype 11

Après évaluation de la situation épidémiologique, l’Agence alimentaire, en concertation avec la Commission européenne, a levé ces mesures le 05 mars 2009.

Pour autant, des programmes de surveillance étroite sont maintenus et des mesures contrôle seraient mises à place s’il y avait la moindre suspicion de circulation virale pendant la saison d’activité vectorielle de 2009 ou si une souche virulente était mise en évidence.


Pour en savoir plus :

- Le rapport remis par la Belgique est disponible sur le site de la Commission Européenne à l’adresse suivante :

http://ec.europa.eu/food/animal/diseases/controlmeasures/docs/BT_belgium_report.pdf

- Une présentation plus générale concernant la gestion de la fièvre catarrhale (virus de sérotypes 8 et 11 ; vaccination et surveillance entomologique) est également accessible : http://ec.europa.eu/food/committees/regulatory/scfcah/animal_health/presentations/bt_34032009_be.pdf

- Communiqué de presse de l’AFSCA : http://www.afsca.be/communiquesdepresse/_documents/2009-03-04_bt11_fr.pdf