Recherche

Accueil du site || Europe et pourtour méditerranéen || Extension de la fièvre catarrhale en Europe

Le virus de la fièvre catarrhale est caractérisé par un génome (Le virus de la fièvre catarrhale ovine) composé de 10 segments d’ARN. Cette caractéristique est sans doute en partie responsable de la diversité génétique du virus. On distingue en effet 24 sérotypes différents dans le monde.

Jusque dans les années 90, la fièvre catarrhale, bien que présente sur pratiquement tous les continents, semblait restée cantonnée entre les 40ème et 50ème parallèles au nord, et entre les 30ème et 40ème parallèles au sud, dans des régions tropicales et sub-tropicales correspondant à la zone de répartition des insectes vecteurs de la maladie.

Depuis, cependant, la fièvre catarrhale a progressivement conquis le bassin méditerranéen mais aussi, de manière plus inattendue, l’Europe du Nord.

Extension de la fièvre catarrhale dans le bassin méditerranéen

Malgré quelques incursions régulières en Europe dans le passé (Portugal, Espagne, Chypre, Grèce), ce n’est que relativement récemment que la maladie s’y est étendue. Depuis 1998, la fièvre catarrhale n’a cessé de progresser dans l’ensemble du bassin méditerranéen.

Epizooties survenues en Europe entre 1998 et 2005

Document sans nom
Année d’observation
de la 1ère épizootie
Pays
Sérotypes observés dans le pays
Principaux vecteurs suspectés ou identifiés

1998

Grèce

1

 

4

9

16

C. imicola, C. obsoletus

 

Turquie

 

 

4

9

16

C. imicola,C. obsoletus, C. pulicaris

1999

Bulgarie

 

 

 

9

 

C. obsoletus, C. pulicaris

2000

Italie

1

2

4

9

16

C. imicola, C. obsoletus, C. pulicaris

 

France (Corse)

 

2

4

 

16

C. imicola, C. pulicaris, C. obsoletus

 

Espagne

 

2

4

 

 

C. imicola,C. obsoletus, C. pulicaris

2001

Macédoine

 

 

 

9

 

Non déterminé

 

Kosovo

 

 

 

9

 

Non déterminé

 

Montenegro

 

 

 

9

 

Non déterminé

 

Serbie

 

 

 

9

 

Non déterminé

 

Croatie

 

 

 

9

16

C. obsoletus, C. scoticus

2002

Albanie

 

 

 

9

 

C. obsoletus, C. pulicaris

 

Bosnie-Herzégovine

 

 

 

9

 

Non déterminé

2003

Chypre

 

 

 

 

16

C. imicola, C. obsoletus

2004

Portugal

 

2

4

 

 

C. imicola, C. obsoletus, C. pulicaris

Deux principales voies d’introduction de la maladie peuvent être décrites :
- à partir de l’Est, en provenance de la Turquie et de Chypre :

  • épizootie de sérotype 1 survenue en Grèce en 2001 ;
  • épizooties de sérotype 4 survenues en Grèce en 1999 et 2000 ;
  • épizootie de sérotype 9 survenue en Grèce en 1998 puis par la suite en Bulgarie, en Serbie, au Kosovo ou encore en Bosnie ;
  • épizootie de sérotype 16 survenue en Grèce en 1999.

- à partir de l’Afrique du Nord

  • épizootie de sérotype 1 observée en 2006 au Maroc, s’étendant vers le sud de l’Espagne et du Portugal et plus récemment le Sud-Ouest de la France ;
  • épizootie de sérotype 2 observée en 2000 en Tunisie, puis en Sardaigne, en Corse en Italie ;
  • épizootie de sérotype 4 observée en Tunisie, en 2003 dans les Baléares, la Sardaigne, la Corse et s’étendant via la Maroc vers l’Espagne (2004).

En ce qui concerne la France, la Corse a subi entre 2000 et 2005, 4 épizooties de fièvre catarrhale impliquant différents sérotypes :
-  2000 et 2001 : sérotype 2,
-  2003 et 2004 : sérotype 4,
-  2004 : sérotype 16.

Ces différentes épizooties ont systématiquement fait suite à la mise en évidence de foyers de fièvre catarrhale en Sardaigne. Dans le cas de l’épizootie de sérotype 16, le virus incriminé s’est avéré très proche sur le plan génomique de la souche vaccinale utilisée en Italie.

La progression de la fièvre catarrhale sur le pourtour du bassin méditerranéen va globalement de paire avec l’extension de l’aire de répartition de Culicoides imicola, considéré comme un des principaux vecteurs de la maladie dans nos régions. Des conditions climatiques favorables (vents dominants, températures élevées) ont vraisemblablement participé à l’installation du vecteur dans de nouvelles zones géographiques où il rencontre un biotope favorable et à la propagation des épizooties.

Apparition de la fièvre catarrhale dans le nord de l’Europe

La fièvre catarrhale (virus de sérotype 8 : BTV8) a émergé dans le nord de l’Europe en 2006, d’abord aux Pays-Bas puis en Allemagne, en Belgique et dans une moindre mesure, dans un premier temps, en France. L’épizootie s’est poursuivie en 2007 puis 2008 gagnant le Luxembourg (août 2007), le Royaume-Uni (septembre 2007), le Danemark, la Suisse (octobre 2007), la République tchèque (novembre 2007) puis progressivement l’Espagne (janvier 2008), l’Italie (mars 2008), la Suède, l’Autriche, la Grèce (automne 2008).

Selon M. Dominguez (AFSSA Maisons-Alfort), trois profils épizootiques peuvent être distingués dans les 14 pays atteints à ce jour par le virus de sérotype 8 :
-  les pays touchés dès 2006, à l’exception de la France : dans ces pays, l’épizootie a été considérable en 2007 puis l’incidence a diminué en 2008 ;
-  les pays atteints en 2007 ou en 2008, au sein desquels l’épizootie est restée d’ampleur limitée (quelques dizaines de foyers notifiés) ;
-  la France qui a connu une évolution épidémiologique particulière : touchée dès 2006 et fortement atteinte en 2007, elle s’est néanmoins caractérisée par une augmentation de l’incidence de la maladie sur 2008 (90 % des foyers européens recensés en 2008 localisés en France).

En 2008, ont également émergé d’autres sérotypes : sérotype 6 aux Pays-bas et en Allemagne, sérotype 11 en Belgique. En 2008 également, un nouveau virus, parfois considéré comme le « 25ème sérotype » a été mis en évidence sur des chèvres suisses.

L’apparition de ces épizooties n’apparaît pas dans le droit fil des évolutions attendues par les scientifiques contrairement à celles occasionnées par les virus de sérotypes 1 ou 4. Leur survenue dans des régions relativement proches, zones géographiques qui plus est où le vecteur jusque là avéré de la maladie (C. imicola) est absent, soulève de nombreuses interrogations. D’où l’importance de mieux appréhender les mécanismes d’émergence des épizooties, d’analyser les évolutions épidémiologiques de chaque pays dans leur diversité, afin d’être capable de répondre à l’apparition de nouvelles épizooties.


Pour en savoir plus :

- Sur l’émergence des sérotypes 6 et 11 : Virus de sérotype 6 : de la confirmation des premiers foyers à la levée des mesures de contrôle et Virus de sérotype 11 en Belgique : la découverte fortuite d’une souche non pathogène ?

- sur l’éradication du sérotype 4 en Espagne : Eradication de la fièvre catarrhale de sérotype 4 en Espagne

Pièces jointes