Recherche

Accueil du site || Ressources || Glossaire || Immunotolérance

Le développement du fœtus au cours de la gestation, la maturation de son système immunitaire s’effectuent progressivement.

Ainsi, en début de gestation (après la nidation, entre 40 et 125 jours environ chez les bovins ; entre 60 et 85 jours environ chez les ovins), le fœtus n’est pas capable de distinguer des antigènes étrangers (pas de distinction entre le "soi" et le "non soi").
On parle d’immunotolérance par opposition à une immunocompétence (système immunitaire mature, "opérationnel") acquise plus tardivement au cours de la gestation.

Pestivirus et immunotolérance

Les conséquences de cette l’immunotolérance fœtale sont bien connues lors d’infection, chez les ruminants, par des pestivirus :
-  chez les bovins , par le virus de la Diarrhée virale bovine - maladie des muqueuses (BVD-MD),
-  chez les ovins , par le virus de la Border Disease (BD).

Les conséquences des infections congénitales diffèrent selon le statut immunitaire de la femelle gestante (séronégative ou séropositive), les caractéristiques de la souche virale (cytopathogénicité ou non) et l’âge du fœtus. Selon les cas, l’infection pourra induire la mort du fœtus, des malformations (tératogénèse), une infection persistante ou une infection asymptomatique.

Lorsque les fœtus survivent à une infection survenant avant l’acquisition de l’immunocompétence, ils apparaissent comme tolérants au virus. L’instauration de cette tolérance vis-à-vis des antigènes viraux entraine une infection persistante pendant toute la vie de l’animal sans production d’anticorps.
Ces animaux sont Infectés Permanents Immunotolérants (IPI), porteurs, excréteurs du virus, virémiques mais séronégatifs. Ils participent à la transmission de l’infection au sein du cheptel.

Cas du virus de la fièvre catarrhale

En ce qui concerne le virus de la fièvre catarrhale, la transmission transplacentaire du sérotype 8 est avérée chez les bovins, non mise en évidence à ce jour chez les ovins. La transmission transplacentaire du sérotype 1 n’ a pas été observée chez les bovins.

En revanche, les données disponibles vont à l’encontre de l’existence d’un phénomène d’immunotolérance.