Recherche

Accueil du site || Vecteurs || Méthodes de lutte || Evaluation de l’intérêt de la désinsectisation dans un contexte de vaccination facultative contre la fièvre catarrhale ovine

L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a été saisie le 2 juin 2009 par la Direction générale de l’alimentation (DGAl) sur l’intérêt de la mise en œuvre des mesures de désinsectisation dans le protocole de lutte contre la fièvre catarrhale ovine dans un cadre de vaccination facultative.

L’avis du 21 juillet 2009 rend compte des conclusions du Groupe d’expertise collective d’urgence « Fièvre catarrhale ovine » sur ce sujet.

Dans son avis, le groupe d’expertise rappelle tout d’abord, que si la désinsectisation des animaux peut être considérée comme efficace contre les Culicoides en conditions contrôlées et sous réserve d’une utilisation rigoureuse (réalisation régulière permettant d’atteindre une concentration suffisante dans les zones d’attaque préférentielles des vecteurs), son efficacité sur le terrain sur la réduction de la transmission du virus de la fièvre catarrhale (BTV) n’est, en revanche, pas prouvée.

Par la même , le groupe de travail considère qu’il n’est pas justifié de rendre obligatoire la désinsectisation alors même que son efficacité réelle n’est pas connue, ceci quelles que soient les stratégies vaccinales mises en œuvre (obligatoire ou facultative).

Les recommandations relatives aux mesures de désinsectisation émises dans l’avis 2009-SA-0086 du 7 mai 2009 restent valables en cas de vaccination facultative.

- L’utilisation de traitements insecticides doit par conséquent rester ciblée et réservée à certains cas particuliers :

  • Animaux dits "à risque particulier de FCO"

Animaux non vaccinés (animaux des centres d’insémination, animaux des parcs zoologiques et des enclos de chasse) ou nés dans les exploitations après la date de vaccination des cheptels, en particulier s’ils sont dans des zones à risque de circulation virale.

  • Animaux « Cas de FCO » [1] ou "infecté de FCO" [2]

- Le groupe d’expertise rappelle également que l’utilisation des insecticides sur les animaux, dans leurs bâtiments et de leurs moyens de transport, comme prévu par la réglementation communautaire et nationale actuelle, resterait pertinente en cas d’apparition de sérotype(s) viraux pour le(s)quel(s) aucun vaccin homologue n’existerait ou pour le(s)quel(s) le nombre de doses vaccinales serait insuffisant.


Pour en savoir plus :

L’avis de l’AFSSA est téléchargeable ci-après.

Sur ce site :
- Avis de l’AFSSA 2009-SA-0086 du 7 mai 2009
- Traitements insecticides dans l’environnement
- Insecticides et traitement des animaux : quels produits pour quelle efficacité ?

Des informations sur la lutte chimique contre les Culicoides sont également disponibles sur le site du CIRAD à l’adresse suivante :
http://bluetongue.cirad.fr/la_fco_en_bref/les_culicoides/la_lutte/la_lutte_chimique

notes:

[1] « Cas de FCO » : ruminant présentant des symptômes et/ou lésions évoquant la FCO et fournissant une réponse positive au test d’amplification génomique de la FCO (RT-PCR) ; ou ayant permis l’isolement du virus de la FCO ; ou non vacciné et présentant une séroconversion récente

[2] « Animal infecté de FCO » : ruminant ne présentant ni symptôme ni lésion évoquant la FCO et fournissant une réponse positive au test d’amplification génomique de la FCO (RT-PCR) (Ct ≤ 28) ; ou ayant permis l’isolement du virus de la FCO ; ou non vacciné et présentant une séroconversion récente.

Pièces jointes