Recherche

Accueil du site || Europe et pourtour méditerranéen || Réémergence de la fièvre catarrhale dans les pays du Maghreb
Au cours de ces derniers mois, plusieurs foyers de fièvre catarrhale ont été notifiés à la fois par les autorités vétérinaires algériennes, marocaines et tunisiennes.

- La fièvre catarrhale (FCO) est d’abord apparue au Maroc en 1956.

- Elle semble ensuite avoir été absente du Maghreb jusqu’en 1999 - 2000, période à laquelle le virus de sérotype 2 (BTV-2) a été mis en évidence sur des cheptels ovins, en Tunisie d’abord puis en Algérie (transmission probable facilitée par l’existence, au cours des mois de juin et juillet 2000, de vents violents et chauds soufflant de l’Est vers l’Ouest).

- En 2004, le virus de sérotype 4 a été isolé au Maroc. Depuis, il n’a encore été identifié ni en Algérie ni en Tunisie.

- Une épizootie de FCO de sérotype 1 (BTV-1) a fait son apparition en 2006 à la fois en Algérie, au Maroc et en Tunisie.

Réémergence du virus de la fièvre catarrhale de sérotype 1 dans les pays du Maghreb

Algérie

La circulation du virus de la fièvre catarrhale de sérotype 1 dans le nord de l’Afrique a d’abord été mise en évidence en Algérie fin août 2009 (confirmation de l’origine des premiers foyers le 6 septembre 2009 par le Laboratoire central vétérinaire d’Alger).

5 foyers ont été notifiés dans des élevages ovins des wilayas de Tissemsilt, Tiaret et Ghardaia, au Nord et au Centre de l’Algérie.

Les animaux affectés ont présenté différents signes cliniques tels que : fièvre, écoulement oculo-nasal, gonflement des lèvres, salivation, stomatite et amaigrissement. Des taux de 11,9 % de morbidité et 3,9 % de mortalité ont été rapportés.

Depuis 6 foyers supplémentaires, également localisés dans les wilayas de Tissemsilt et Tiaret, ont été notifiés. Au total, sur 876 ovins recensés, 51 (5,8 %) ont présenté des signes cliniques et 14 (1,6 %) sont morts.

Maroc

Dès septembre 2009, des foyers de FCO occasionnés par le même sérotype viral ont été observés au Maroc dans les régions du Centre Nord et de Tensift (Confirmation des premiers cas le 25 septembre 2009, par Laboratoire national de Rabat).

Début novembre 2009, un total de 37 foyers localisés dans le Sud [Souss-Massa-Draâ], le Centre-Nord [Fès-Boulemane], le Centre-Sud [Meknès-Tafilalet] et le Tensift [Marrakech-Tensift-El Haouz] avaient été identifiés.

Tous ont concerné des cheptels ovins : 4659 ovins recensés dont 335 cas cliniques (7,2 %) et 53 morts (1,1 %).

Le sérotype 1 est également présent dans les foyers de Tahannaout (Al Haouz) et Aït Hani (Errachidia) où le BTV-4 a été mis en évidence.

Tunisie

En Tunisie, on assiste également à une réémergence du virus de sérotype 1. Les premiers foyers (N=3) ont été observés en septembre 2009 (Confirmation début octobre par l’Institut de la recherche vétérinaire de Tunisie).

Ils ont affectés des cheptels ovins tous situés dans le centre du pays, dans les régions de Sidi Bouzid et Gafsa, à proximité de zones humides : 610 ovins recensés dont 19 (3,1 %) cas cliniques ; pas de mortalité.

Circulation du virus de sérotype 4 au Maroc

Les autorités vétérinaires marocaines ont confirmé le 30 octobre 2009 la circulation du virus de sérotype 4 de la fièvre catarrhale sur leur territoire, après deux années sans foyer identifié.

A ce jour, 6 foyers de BTV-4 ont été notifiés :

  • 5 dans la région de Marrakech-Tensift-El Haouz ;
  • 1 dans le Centre Sud du pays.

Dans deux de ces foyers, la présence du BTV-1 a également été confirmée : foyers de Tahannaout (Al Haouz) et Aït Hani (Errachidia).

Les animaux affectés sont des ovins (16 cas cliniques sur 1341 ovins recensés). Les taux de morbidité et de mortalité rapportés sont respectivement de 1,19 et 0,15 %.

Des mesures de contrôle différentes selon les pays

Les programmes de surveillance et de contrôle de la FCO diffèrent selon les pays.

En Algérie et en Tunisie, les mesures de lutte appliquées associent lutte contre les vecteurs, désinfection des élevages infectés, désinsectisation des cheptels et traitement symptomatique des animaux atteints. Aucune vaccination n’est mise en œuvre (elle est interdite en Algérie).

Au Maroc, en revanche, les mesures de contrôle mises en place incluent :

  • la vaccination des cheptels ovins à l’aide de vaccins atténués dirigés contre les sérotypes 1 et 4 ;
  • des mesures de lutte contre les vecteurs ;
  • des mesures de désinsectisation ;
  • des mesures de désinfection et de quarantaine.

En Espagne, désormais indemne de BTV-4, la zone méridionale du pays, proche des foyers marocains est soumise à une vigilance accrue.


Pour en savoir plus :

- Récapitulatif des notifications immédiates et rapports de suivi - 2009, sur le site de l’OIE (Base de données du système mondial d’information sanitaire (WAHID)/OIE) :
http://www.oie.int/wahis/public.php ?page=disease_immediate_summary&disease_type=Terrestrial&disease_id=9

- Évolution de la situation sanitaire au Maghreb, sur le site Epireg Maghreb (régionalisation et harmonisation de l’épidémiosurveillance des maladies animales au Maghreb) :
http://epireg-maghreb.cirad.fr/les_maladies_animales_d_interet_regional/fco_fievre_catarrhale_ovine

- Zones à risque de la FCO et distribution des vecteurs au Maghreb, sur le site Epireg Maghreb :
http://epireg-maghreb.cirad.fr/les_maladies_animales_d_interet_regional/dispositif_de_surveillance_et_de_lutte/etudes_des_zones_a_risque/fco

- Rapports sur l’historique et la situation épidémiologique en Algérie et en Tunisie (synthèses réalisées dans le cadre des actions de renforcement de la surveillance et des systèmes d’alerte pour la fièvre catarrhale, la fièvre du Nil occidental et la rage au Maroc, en Algérie et en Tunisie) : documents disponibles ci-après.

Pièces jointes