Recherche

Accueil du site || Prévention || Mesures générales de gestion || Evaluation de stratégie(s) vaccinale(s) contre la fièvre catarrhale ovine en France pour l’année 2010-2011

L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a été saisie le 2 juin 2010 par Direction générale de l’alimentation (DGAl) d’une demande d’avis relatif à la stratégie vaccinale contre la fièvre catarrhale ovine en France pour l’année 2010-2011.

Le Groupe d’expertise collective d’urgence « Fièvre catarrhale ovine » vient de rendre public son avis.

Contexte

-  Évolution de la situation épidémiologique

L’évolution de la situation sanitaire en France entre 2007 et 2009 montre :

  • un doublement du nombre de foyers les deux premières années (15 860 foyers en 2007 et 32 341 en 2008), puis une diminution considérable de l’incidence de la FCO en 2009, avec seulement 83 foyers recensés.
  • une prépondérance du virus de sérotype 8 :
    Illustration en 2009 : parmi les 83 foyers recensés, trois correspondaient à des infections mixtes par BTV-1 et BTV-8, six par BTV-1, tous les autres par BTV-8.

-  Modalités et résultats de la surveillance épidémiologique

Se référer sur ce sujet à l’avis de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments en date du 30 juin 2010 (Saisine N°2010-SA-0107).

Des résultats PCR positifs, avec sérotypage, ont été obtenus jusqu’en février 2010.
Par la suite (données de mars-avril 2010), les résultats "non négatifs" obtenus peuvent vraisemblablement être imputés à la circulation virale de 2009.
En mai 2010, il n’existait pas de preuve formelle d’une nouvelle circulation de virus de la FCO pour 2010 (A noter : le premier foyer de FCO (sérotype 1) déclaré au titre de 2010 a été identifié le 14 juin dernier).

Selon le groupe d’expertise, au regard de la situation épidémiologique, d’une part, des modalités de surveillance d’autre part, "la probabilité de circulation de BTV-1 et/ou BTV-8 en 2010 en France continentale est élevée à très élevée (8 à 9 sur une échelle de 0 à 9)".

-  Taux de couverture vaccinale

  • 2008 :
    • Vaccination facultative des bovins et ovins contre le sérotype 8 sur l’ensemble du territoire continental (obligatoire pour les animaux destinés aux échanges) : taux de couverture vaccinale d’environ 50 %,
    • Vaccination obligatoire des bovins et ovins contre le sérotype 1 en Corse et dans plusieurs départements du sud-ouest : taux de couverture vaccinale compris entre 80 et 90%.
  • 2008-2009 :
    Vaccination obligatoire contre les sérotypes 1 et 8 : Taux de couverture vaccinale de 90% des troupeaux, ovins et bovins.
  • 2009-2010 :
    Vaccination obligatoire (sauf dérogations) contre les sérotypes 1 et 8 : Taux de couverture vaccinale estimé au 25 mai 2010 (probablement sous estimé) : 80% des bovins, 37% des ovins et 1% des caprins.

Une éradication envisageable

Dans ce contexte, une éradication de la FCO sérotypes 1 et 8 du territoire français continental paraît possible mais nécessite la poursuite des efforts déjà mis en place.

Sont recommandés :

  • le maintien, pour la campagne 2010-2011, de la vaccination généralisée (taux de couverture vaccinale de l’ordre de 80 à 90%) contre la FCO de sérotypes 1 et 8 chez les animaux réceptifs (bovins, ovins, caprins) ;
  • le maintien des mesures de surveillance et de dépistage de l’infection pour cette même période (voir l’avis 2010-SA-0107 relatif à l’épidémiosurveillance) ;
  • l’analyse, en décembre 2010, des résultats de la surveillance épidémiologique de la FCO en 2010.

Un possible redémarrage de la FCO en cas d’arrêt de la vaccination

- Selon le groupe d’expertise, si la vaccination devenait facultative, le taux de vaccination risquerait d’être encore plus faible qu’il ne l’est actuellement, ceci diminuant d’autant la possibilité de parvenir à une éradication.

- L’arrêt complet de la vaccination exposerait à un risque de redémarrage de la FCO à partir de 2011 (malgré l’existence d’animaux immunisés soit naturellement (à la suite de l’infection), soit après vaccination).

- L’évolution pour les années 2012 et 2013 dépendra de l’évolution observée en 2010 et 2011 et des mesures de lutte entreprises au cours des campagnes 2010-2011 puis 2011-2012.


Pour en savoir plus :

- Deux avis de l’AFSSA sur les mesures de gestion
- Evaluation des modalités de surveillance de la fièvre catarrhale

Pièces jointes