Recherche

Accueil du site || Maladie et impacts || Incidence sur la reproduction || Impact de la fièvre catarrhale sur le nombre de naissances de veaux dans les élevages allaitants

Une étude a été conduite afin d’évaluer l’impact de la fièvre catarrhale (FCO) sur le nombre des naissances de veaux dans les élevages allaitants. Elle a été réalisée chez les élevages naisseurs (exploitations ne conservant pas de mâles en engraissement), pour les 3 principales races allaitantes : Limousine, Charolaise et Blonde d’Aquitaine.

Ces travaux ont été réalisés par Béatrice Mounaix (Institut de l’Élevage) avec l’appui d’un comité de pilotage constitué par l’Anses, l’APCA, le CA de Saône et Loire, GDS FRance, la FRGDS Bourgogne, l’Institut de l’Elevage, le LNCR-UNCEIA, ONIRIS, Races de France et la SNGTV. Ils ont reçu le soutien financier de France Agri Mer.

En 2009, une baisse tangible du nombre des naissances
des veaux de race à viande

Une baisse du nombre des naissances des veaux de race à viande a été observée en 2009 au niveau national grâce au suivi des données enregistrées dans la BDNI [1].

Elle a été évaluée à 2,7% par rapport aux naissances enregistrées en 2008 chez les élevages naisseurs.

Elle s’est en outre accompagnée d’une diminution du nombre des élevages naisseurs et d’une augmentation équivalente du nombre des élevages naisseurs engraisseurs de jeunes bovins. Cette variation, minime, peut être interprétée comme la conséquence du maintien dans les élevages fin 2007 des broutards destinés à l’exportation à cause de l’arrivée de la FCO.

JPG - 130.9 ko

Conjointement, un décalage des vêlages

La baisse du nombre des naissances de la campagne 2008/2009 s’accompagne d’un étalement des vêlages par rapport à la campagne précédente.
Une baisse du nombre de naissances est observée au moment du pic hivernal des vêlages (entre janvier et avril) : jusqu’à 26% de veaux en moins. Un rattrapage partiel intervient au cours des mois suivants, à des périodes où les mises-bas sont généralement moins nombreuses (jusqu’à 56% de naissances supplémentaires par rapport à la même période de la campagne précédente).
Cette augmentation compensatrice du nombre des naissances indique un probable décalage dans le temps des vêlages.

JPG - 68.5 ko

Ces variations sont significatives pour chacune des races allaitantes étudiées (Limousine, Charolaise et Blonde d’Aquitaine) avec toutefois des différences en fonction de la distribution mensuelle des vêlages.

JPG - 132.8 ko

L’effet de décalage observé laisse supposer que des problèmes sont intervenus au moment de la mise à la reproduction des animaux, mais qu’ils ont été en partie compensés dans les mois qui ont suivi.
Les travaux menés en 2008 avaient permis d’observer la plus grande fréquence des retours en chaleur des vaches mises à la reproduction dans les élevages touchés par la FCO, et les efforts accrus des éleveurs pour pallier ces problèmes et garantir malgré tout les résultats de la reproduction.

Une baisse de l’indicateur de productivité des troupeaux qui suit l’épizootie

Un indicateur de la productivité du troupeau a été calculé pour chaque élevage à partir du nombre de veaux nés rapporté à une estimation du nombre de femelles susceptibles d’être mises à la reproduction.

Dans toutes les zones touchées par la FCO, une baisse significative de cet indicateur est observée durant la campagne qui suit l’épizootie.

-  Pour la race Charolaise , la baisse de productivité diffère selon la date d’arrivée de la FCO : elle intervient en 2007/2008 dans le bassin de production de l’Est de la France, touché par l’épizootie de 2007. Elle est observée en 2008/2009 pour les zones du bassin berceau de la race, touchées surtout en 2008.

-  Dans le bassin Limousin , touché par l’épizootie de 2008, la baisse de productivité des troupeaux est observée en 2008/2009.

-  La zone Bretagne , très peu touchée par la FCO en 2008, ne présente pas de baisse significative de la productivité des troupeaux durant la campagne correspondante.

JPG - 242.6 ko

Un impact probable de la FCO
au moment des mises à la reproduction et en début de gestation

L’impact observé durant la campagne de vêlage qui suit l’arrivée de la maladie pourrait être expliqué par deux effets connus de la FCO chez les bovins : la baisse de fertilité transitoire des mâles, et les altérations de la fertilité des femelles (retours des chaleurs et avortements précoces).

JPG - 134.9 ko

Ces résultats confirment l’impact probable de la FCO sur les résultats de reproduction dans les élevages allaitants et pourraient expliquer la baisse des naissances enregistrée en 2009.

Observé au niveau national pour les trois principales races allaitantes, l’impact de la FCO, tel qu’il peut être décrit au travers de l’analyse des bases de données, présente néanmoins des modalités différentes en fonction de la localisation géographique des troupeaux.

Il semble être intervenu au moment de la mise à la reproduction et au tout début des gestations. Les effets de la maladie sur la fertilité des mâles et des femelles, très étudiés depuis 2007, sont à présent mieux connus et expliqueraient la baisse des naissances au moment du pic et le décalage d’une partie des vêlages. Des effets similaires ont été décrits dans les élevages laitiers (Voir aussi la présentation de Le Mezec et al., aux 3R 2010).

Grâce aux efforts entrepris par les professionnels pour limiter les impacts de la FCO, la baisse des naissances a été un événement ponctuel, et un retour aux niveaux habituels de naissances est observé lors de la campagne suivante.

JPG - 178.6 ko
notes:

[1] Base de Données Nationale de l’Identification des Bovins

Pièces jointes