Cette note de service, datée du 09 Août 2011, précise les mesures de police sanitaire à mettre en œuvre sur le territoire continental en cas de suspicion et de confirmation d’un foyer de fièvre catarrhale du mouton due à un sérotype endémique (sérotypes 1 et 8).

Elle abroge et remplace les notes de service DGAl/SDSPA/N2010-8164 et DGAl/SDSPA/N2010-8233.

Contexte :

Suite à l’arrêté du 22 juillet 2011 fixant les mesures de police sanitaire de la FCM : différentiation des mesures administratives applicables aux sérotypes exotiques et endémiques :

  • Gestion des suspicions : mesures inchangées,
  • Confirmation de foyers dûs aux virus de sérotypes 1 ou 8 : simplification des mesures de police sanitaire (plus grande responsabilité laissée aux professionnels dans la maîtrise clinique de l’affection dans la zone périfocale).

I - Gestion des suspicions

- Mesures administratives

Faute de diagnostic différentiel pour apprécier du sérotype en cause :

  • Placement de l’exploitation sous APMS.
  • Interdiction de mouvement à partir ou vers l’exploitation suspecte.

Si les analyses diagnostiques montrent l’implication de sérotypes endémiques (1 ou 8), un assouplissement de ces mesures devient possible (se référer à la note de service DGAl/SDSPA/N2011-8051 relative aux conditions de mouvements des ruminants).

- Procédure diagnostique : Généralités

- Le diagnostic repose sur des analyses virologiques (technique RT-PCR : « amplification en chaîne par polymérase après transcription inverse). Des prélèvements de sang sur EDTA (ou d’organes sur cadavres) sont donc à réaliser.

- Analyses de première intention par les laboratoires vétérinaires départementaux agréés :

  • Ct > à 35  : cas de FCM exclu ;
  • Ct < à 35  : investigations complémentaires nécessaires.

- Confirmation des premiers foyers uniquement après isolement viral par le LNR.

- Cas des suspicions cliniques

Tous les animaux présentant des signes cliniques évocateurs de FCO (également dénommée fièvre catarrhale du mouton : FCM) doivent faire l’objet de prélèvements sanguins, dans la limite de 10 animaux par exploitation, pour analyses par le laboratoire vétérinaire agréé.

-  Si le Ct est > 35  :
Suspicion non confirmée et APMS levé.

-  Si le Ct est < 35  : conduite d’investigations complémentaires :

  • Analyses RT-PCR de type 1 et 8 par le LVD agréé et transmission des prélèvements au laboratoire de référence (LNR),
  • Réalisation de nouveaux prélèvements sur les animaux à J0 + 15j et transmission au laboratoire de référence.
    • Confirmation des premiers foyers
      En cas d’isolement viral par le LNR, le foyer est confirmé et l’exploitation placée sous APDI. Les mesures de police sanitaire sont adaptées au sérotype viral identifié.
      En l’absence d’isolement viral par le LNR, soit levée de l’APMS, soit réalisation d’investigations complémentaires.
    • Gestion de foyers ultérieurs
      Les analyses RT-PCR pourront être reconnues pour la confirmation des foyers.
      • Ct < à 28  : foyer confirmé (typage nécessaire) - confirmation par le LNR,
      • Ct compris entre 28 et 35  :
        • J0 à J15 : augmentation du Ct > à 3 = foyer infirmé (levée de l’APMS),
        • J0 à J15 : autres cas = foyer confirmé.

- Cas des suspicions analytiques

- Entre dans ce cadre tout résultat de RT-PCR de groupe positif avec un Ct < à 35 .

- Chez un animal vacciné, un résultat de ce type doit donner lieu à une analyse RT-PCR complémentaire. Dans l’attente du résultat virologique, l’exploitation est placée sous APMS.

II - Mesures applicables en cas de confirmation de foyer

- Sérotype exotique

- Mise en œuvre des dispositions du plan national d’intervention sanitaire d’urgence sous l’autorité du Préfet.
- Délimitation de trois zones de restriction des mouvements d’animaux :

  • périmètre interdit,
  • zone de protection,
  • zone de surveillance.
    - Police sanitaire : instructions spécifiques à définir.

- Sérotype endémique (1 et 8)

- Dans l’exploitation infectée :

  • Exploitation placée sous APDI,
  • Vérification par le vétérinaire sanitaire du statut vaccinal des animaux vis-à-vis du sérotype identifié ;
  • Vaccination par le vétérinaire sanitaire de tous les animaux dont la vaccination n’est plus valide (dans ce cas, application d’un protocole de primovaccination) ;
  • Restrictions des mouvements d’animaux avec néanmoins application immédiate des dérogations prévues par la note de service DGAl/SDSPA/N2011-8051
    • Recommandations de mesures de lutte anti-vectorielle (traitement des animaux et des bâtiments) par l’éleveur.

- Mesures périfocales :

  • Les mesures mises en œuvre pour assurer une maîtrise clinique de l’infection dans les troupeaux proches des foyers relèvent de la responsabilité professionnelle et ne donnent pas lieu à un financement public spécifique.

Pièces jointes