Recherche

Accueil du site || Maladie et impacts || Symptomes et impacts || Impact technico-économique de la fièvre catarrhale de sérotype 8 dans les élevages ovins et bovins français
En 2007, l’épizootie de la fièvre catarrhale ovine (FCO) occasionnée par le virus de sérotype 8 a surpris par sa progression rapide et le nombre important d’élevages touchés. Face à la diversité des impacts observés dans les élevages atteints, une étude nationale a été conduite et coordonnée par l’Institut de l’Elevage, en concertation avec la FNGDS, l’APCA, l’UNCEIA, et FUS, et en partenariat avec l’AFSSA, le GDS de Moselle, ainsi que les Chambres d’agriculture de l’Aisne, du Nord, du Pas de Calais et des Ardennes. Elle a reçu le soutien financier de la CNE, de la DGAl et de l’Office de l’Elevage.

Cette étude a eu pour objectif d’évaluer les impacts 2007 de l’épizootie de FCO à sérotype 8 dans les élevages français de bovins laitiers et allaitants, et dans les élevages d’ovins allaitants.

Des approches complémentaires en vue de l’évaluation des impacts

Trois approches complémentaires ont été développées :
- l’analyse de bases de données nationales,
- la réalisation de 148 enquêtes en élevages foyers,
- et la modélisation technico-économique à partir de cas-types d’élevages.

Une forte variabilité de l’incidence technico-économique de la FCO

Les résultats obtenus confirment la forte variabilité des différents impacts de la FCO, en particulier les mortalités d’animaux, comprises :
- entre 0% et 25% chez les brebis,
- entre 0 et 13% chez les vaches allaitantes,
- entre 0% et 16% chez les vaches laitières.

Une estimation des veaux risquant de manquer en 2008 à cause de la FCO a été réalisée. Cette estimation a été effectuée à partir des différents impacts évalués dans cette étude, en construisant plusieurs jeux d’hypothèses combinant ou non ces impacts. Selon l’hypothèse prise en compte et la filière considérée, la FCO aurait causé un déficit en veaux variant entre 7 000 et 40 000 animaux.

Face à la variabilité des impacts de la maladie, une classification des élevages a été élaborée en prenant en compte la mortalité et la morbidité des différentes catégories d’animaux présents. Dans chaque classe, la simulation des conséquences technico- économiques de la FCO aboutit à des baisses de marge brute variant :
- de 4% à 143% en élevage ovin allaitant,
- de 6,1% à 43% en élevage bovin allaitant,
- de 1,1% à 12% en élevage bovin laitier.

Dans toutes les filières, des cas critiques ont été observés.

L’ensemble du compte-rendu de cette étude est disponible par téléchargement ci dessous.

Elle est également présentée sous forme de fiches de synthèse se rapportant plus spécifiquement aux bovins laitiers et allaitants, ainsi qu’aux ovins allaitants.

Pièces jointes