Recherche

Accueil du site || Maladie et impacts || Symptomes et impacts || Caractéristiques cliniques de la fièvre catarrhale occasionnée par le virus de sérotype 8

Une journée d’information et d’échanges sur la fièvre catarrhale ovine a été organisée dans le cadre du Réseau Français pour la Santé Animale (RFSA) le 21 janvier 2009.

Au cours de cette journée, les caractéristiques cliniques de la fièvre catarrhale occasionnée par le virus de sérotype 8 ont été présentées par Gina Zanella de l’AFSSA Alfort.

La synthèse réalisée repose sur l’expertise des vétérinaires de terrain confrontés à l’épizootie de 2007.

Questionnaire d’enquête et réunion d’experts (conduite le 20 juin 2008 au Lerpaz, à Maisons-Alfort) ont permis de recueillir de multiples informations concernant les signes cliniques d’appel, le tableau clinique ou encore l’évolution clinique de la maladie tout en relevant les différences éventuelles de réponse entre les catégories d’animaux chez les ovins viande et les bovins laitiers et allaitants.

Chez les caprins, l’essentiel des éléments rapportés fait suite aux travaux conduits par l’AFSSA de Niort : enquêtes et relevé des signes cliniques liés à la FCO observés en 2007 (15 cas dont 6 avec des signes cliniques bien identifiés) et 2008 (145 foyers de FCO de sérotypes 8 ou 1).

Signes d’appel :

Dans chaque espèce, il existe un ensemble de constantes précisées ci-dessous.

Chez les ovins viande  :

-  Abattement et amaigrissement rapide
- Atteinte de la face : jetage nasal, larmoiement, oedème, hyper-salivation
- Apparition de symptômes simultanément sur plusieurs animaux au sein d’un même lot.

Chez les bovins  :

- Baisse brutale et persistante de la production laitière (vaches laitières)
- Atteinte de la face et en particulier des yeux (exorbités, larmoyants, rouges) et du nez, croûteux, sale (croûtes, ulcérations, jetage, présence de pétéchies notamment chez les bovins allaitants)
- Raideur des membres voire boiteries sévères (plus fréquentes chez les bovins laitiers)
- Apparition de symptômes sur un nombre variable d’animaux : peu ou plusieurs animaux atteints

Chez les caprins  :

- Hyperthermie, abattement, anorexie
- Atteinte de la face  : larmoiement, œdème de la tête, de la gorge, des lèvres, hyper-salivation, jetage nasal
- Baisse de la production laitière pouvant atteindre 10 à 15 % sur le troupeau pendant quelques jours (jusqu’à 40% pour un animal donné sur une courte durée)
- Moins fréquemment : problèmes locomoteurs, cyanose de la langue, diarrhée, avortements,…

Tableau clinique

Rappelons que, dans le contexte de l’épizootie, il n’y a pas eu, le plus souvent, de recherches complémentaires en terme de diagnostic différentiel pour valider ou infirmer l’implication de la FCO dans les lésions ou symptômes observés.
Chez les caprins, en outre, il est apparu difficile de relier les signes observés à la FCO en raison de pathologies associées (pasteurellose, entérotoxémies, parasitisme,…).

Quelle que soit l’espèce, le tableau clinique est apparu comme très variable d’un animal à l’autre.
Cela a particulièrement été le cas en matière d’incidence sur la reproduction, la nature et la fréquence des troubles observés dépendant du stade physiologique auquel avait pu survenir l’infection. Ont été rapportés : avortements, mises-bas prématurées, mauvaises préparations à la mise-bas, mortinatalité, naissance de jeunes présentant des malformations, anœstrus, infertilité des mâles.

Évolution de la maladie

Si les formes suraiguës semblent rares chez les bovins, elles sont en revanche plus fréquentes chez les ovins –viande où on considère qu’elles représentent 2 à 5 % des cas.
De même les formes chroniques (persistance de séquelles) peuvent atteindre 30% chez les ovins contre 2 à 3 % chez les bovins.
Les taux de guérisons ont été estimés à 70 % pour les ovins (mortalité avoisinant 10 %), 98 % pour les bovins.

Chez les caprins, au delà du caractère fugace de l’infection, il faut signaler le nombre relativement restreint d’animaux présentant des signes cliniques au sein d’un même élevage, la mort ne survenant que rarement.

Expertise vétérinaire : Bertrand Vincent, Bonnevie Dominique, Bosquet Gérard, Defachelles Jérôme, Jolivet François, Mayer Alain, Ramette Antoine, Van Roy Marc et Vignault Gérard


Pour en savoir plus :

Pièces jointes